Politique de l'établissement

C’est en retenant comme un préalable incontournable de préserver le côté humain dans la prise en charge du patient et dans les rapports entre professionnels que la clinique s’engage face aux patients à

 

  • Maintenir au plus haut niveau l’hygiène et la prévention des infections nosocomiales.
  • S’adapter continuellement à l’évolution des techniques.
  • Améliorer en permanence la  performance des professionnels au moyen de la formation continue.
  • Travailler en partenariat avec les acteurs du territoire de santé pour offrir au patient toutes les garanties nécessaires à une prise charge de qualité.
  • Favoriser l’expression des patients et privilégier la proximité et l’échange des professionnels avec les patients et leur famille.
  • Travailler en étroite collaboration avec les représentants des usagers
  • Participer à la prise en charge des personnes démunies.
INDICATEURS DE QUALITÉ ET DE SÉCURITÉ DES SOINS

 

Les indicateurs de qualité des soins généralisés par le ministère de la santé et la haute autorité de santé (HAS) reposent sur des objectifs prioritaires de santé publique et d’organisation des soins, associés à des possibilités d’amélioration. Pour tous ces indicateurs, la fiabilité, la validité, la pertinence, l’utilité, la faisabilité, l’acceptabilité et la lisibilité ont été testés par des équipes de recherche.

Actuellement, il y a deux grandes familles d’indicateurs :

  • Les indicateurs de qualité généralisés par la HAS grâce à une plateforme spéciale sur les indicateurs qualité. Ces indicateurs sont appelés Indicateurs Pour l'Amélioration de la Qualité et de la Sécurité des Soins
  • Les indicateurs relatifs aux infections nosocomiales sous l’appellation Tableau de bord des infections nosocomiales.

 

RETROUVEZ LA FICHE SYNTHESE DES INDICATEURS DE LA CLINIQUE SAINT JEAN EN CLIQUANT ICI : INDICATEURS

 

La fiche suivante apporte les réponses aux questions les plus fréquemment posées :

Les indicateurs de qualité et de sécurité des soins vous connaissez ?

 

Le tableau de bord de lutte contre les infections nosocomiales repose sur 4 indicateurs et un score agrégé :

 

Indicateur ICALIN2

 

L’indicateur ICALIN2, ou Indice Composite des Activités de Lutte contre les Infections Nosocomiales. Cet indicateur présenté sous la forme d’une note sur 100 et d’une classe de performance (A à F) objective l’organisation de la lutte contre les infections nosocomiales (IN) dans l’établissement, les moyens mobilisés et les actions mises en oeuvre. Il ne s’agit pas du taux d’infections nosocomiales.

Le score ICALIN2 2016 (sur les données de 2015) de la Clinique est de 77/100 avec une classe de performance à B.

 

Indicateur BMR

 

L’indicateur BMR (indicateur composite de maîtrise de la diffusion des bactéries multi résistantes).

L’indicateur  BMR reflète l'organisation, les moyens et les actions mis en place pour maîtriser la diffusion des bactéries multi-résistantes. Cet indicateur complète d'une part l'indicateur de résultat sur le SARM (Staphylococcus aureus résistant à la méticilline) et d'autre part l'indicateur ICATB sur le bon usage des antibiotiques .

Le score BMR 2016 (sur les données de 2015) de la Clinique est de 94/100 avec une classe de performance à A.

 

Indicateur ICA-LISO

 

L’indicateur ICA-LISO (indicateur composite de lutte contre les infections du site opératoire, anciennement SURVISO ou Surveillance des infections du site opératoire après une intervention).

L’indicateur  ICA-LISO rend visible l’engagement de l’établissement dans une démarche d’évaluation et d’amélioration des pratiques et de maîtrise du risque infectieux en chirurgie. 

Il s’intéresse à la mise en place par l’établissement d’une surveillance épidémiologique des patients après leur opération chirurgicale.

Il ne permet pas de mesurer la fréquence des infections du site opératoire. 

L’indicateur de surveillance des patients opérés indique l’existence ou non d’une surveillance des infections du site opératoire et le nombre de services qui réalisent cette surveillance par rapport à l’ensemble des services de chirurgie de la Clinique.

Le score ICA-LISO 2012 (sur les données de 2014) de la Clinique est de 82/100 avec une classe de performance à A.

 

En conclusion, la clinique surveille-t-elle les infections après une intervention ?

OUI. Les infections du site opératoire sont des infections qui surviennent de façon très rare à la suite d’une intervention chirurgicale, le plus souvent dans la zone du corps qui a été opérée. Dépister la survenue des infections du site opératoire permet de traiter l’infection, d’informer le patient et d’améliorer leur prévention. La clinique Saint Jean participe au recueil effectif de ces informations avec 3 spécialités sur 5.

 

Indicateur ICATB.2

 

L’indicateur ICATB.2 ou Indice Composite de Bon Usage des Antibiotiques.

Cet indicateur est calculé sous la forme d’une note sur 20 et d’une classe de performance (A à F) qui objective le niveau d’engagement de l’établissement de santé dans une stratégie d’optimisation de l’efficacité des traitements antibiotiques. Il ne mesure pas le taux de résistance des bactéries aux antibiotiques.

Le score ICATB.2 2016 (sur les données de 2015) de la Clinique est de 90/100 avec une classe de performance à A.

 

Indicateur ICSHA 2

 

L’indicateur ICSHA 2 ou indicateur de volume de produits hydro-alcooliques consommé.

L’indicateur  ICSHA2 est un marqueur indirect de la mise en œuvre effective de l’hygiène des mains, une mesure-clé de prévention de nombreuses infections nosocomiales.  Il permet d’apprécier la mise en œuvre par les professionnels soignants des recommandations de pratiques de prévention.

L’ICSHA2, exprimé en pourcentage, est le rapport entre le volume de produits hydroalcooliques consommé réellement par l’établissement et son objectif personnalisé de consommation vers lequel les établissements doivent tendre. Celui-ci est déterminé à partir d’un référentiel national prenant en compte les types d’activités. 

L’indicateur ICSHA 2 présenté sous la forme d’un pourcentage (%) et d’une classe de performance (A à F) est un marqueur indirect de la mise en oeuvre effective de l’hygiène des mains.

Le score de la clinique est 122% et en classe A.

 

Score agrégé

 

Le score agrégé présenté sous la forme d’une note sur 100 et d’une classe de performance (A à F) qui simplifie et synthétise en un score unique les résultats des indicateurs précédents. 

Le score agrégé 2012 (sur les données de 2011) de la Clinique est de 92/100 avec une classe de performance à A.

Note : les données 2010 de la Clinique Saint Jean pour le score 2011 ont été validées par l’Agence Régionale de Santé du Languedoc-Roussillon en septembre 2011.

 

Tableau de bord des infections nosocomiales

(source : Sante.gouv.fr )

 

Les indicateurs de qualité des soins qui repose sur 5 indicateurs pour la clinique Saint Jean :

 

Indicateur de Tenue du Dossier Patient (TDP)

 

La bonne tenue du dossier du patient est un élément essentiel de la continuité, la sécurité et l’efficacité des soins. Elle est un reflet de la qualité de la pratique professionnelle et permet d’assurer la coordination des différents professionnels auprès du patient dans le cadre d’une prise en charge hospitalière qui est toujours pluri-professionnelle et pluridisciplinaire. Le contenu du dossier médical est défini réglementairement.

L’évaluation porte sur un échantillon aléatoire de 80 dossiers. Pour chaque dossier, la présence de plusieurs documents est recherchée : document médical relatif à l’admission, prescriptions médicamenteuses, courrier de fin d’hospitalisation ou compte rendu d’hospitalisation, traitement de sortie, etc.

Le score 2015 de la Clinique est de 75%.

 

Indicateur du Délai d’envoi du courrier de fin d’hospitalisation (DEC)

 

L’indicateur évalue le contenu du courrier ou du compte-rendu de fin d’hospitalisation, et son délai d’envoi et permet d’apprécier le lien entre la médecine hospitalière et ambulatoire. Le courrier de fin d’hospitalisation est un élément clé de la communication des éléments d’information nécessaires à la continuité des soins. Il résume les conclusions de l’hospitalisation et établit des préconisations de prise en charge après la sortie afin d’assurer une bonne coordination « hôpital - ville » ou « hôpital - structure de transfert ».

L’envoi du courrier de fin d’hospitalisation doit être effectué réglementairement dans un délai de 8 jours. L’évaluation porte sur un échantillon aléatoire de 80 dossiers. Le délai d’envoi est estimé par la différence entre la date inscrite sur le courrier et la date de sortie de l’établissement. Les éléments à retrouver dans le courrier sont : l’identité du médecin destinataire, la référence aux dates du séjour, la synthèse du séjour et la trace écrite d’un traitement de sortie.

Le score 2015 de la Clinique est de 13%.

 

Indicateur de Dépistage des Troubles Nutritionnels (DTN).

 

En France, le dépistage des troubles nutritionnels s’inscrit dans les priorités de santé publique. Il fait partie du Programme National Nutrition Santé et une expertise conduite par le ministère de la santé préconise le calcul de la perte de poids avant l’admission et un calcul d’Indice de Masse Corporelle (IMC). L’évaluation porte sur un échantillon aléatoire de 80 dossiers.

Le score 2015 de la clinique est de 99%.

 

Indicateur de Traçabilité de l’évaluation de la douleur (TRD).

 

La prise en charge de la douleur est une priorité de santé publique (Plan douleur). La douleur doit être systématiquement évaluée et « toute personne a le droit de recevoir des soins visant à soulager sa douleur » (article L.1110-5 du Code de Santé publique). Il est reconnu et admis qu’afin de mieux dépister, quantifier et suivre l’évolution de la douleur ressentie, il est nécessaire d’utiliser des méthodes fiables et reproductibles. Les évaluations de la douleur doivent donc être effectuées à l’aide d’échelles validées. L’évaluation porte sur un échantillon aléatoire de 80 dossiers.

Le score 2015 de la clinique est de 93%.

 

Indicateur de Tenue du dossier anesthésique (DAN).

 

Le dossier d'anesthésie constitue un élément essentiel de la continuité des soins en période périanesthésique et péri-interventionnelle. Il contient l'ensemble des informations concernant les phases pré, per et post-anesthésiques. Il constitue ainsi un élément nécessaire à la coordination des soins et participe de la sorte à la maîtrise du risque anesthésique.

L’évaluation porte sur un échantillon aléatoire de 60 dossiers. Pour chaque dossier, la présence de plusieurs éléments est recherchée : identification du patient, du médecin anesthésistes sur les pièces du dossier, traitement habituel, évaluation du risque anesthésique, type d’anesthésie proposé, prescriptions médicamenteuses, incidents ou accidents péri-anesthésiques, etc.

Le score 2015 de la clinique est de 96%.

Pour en savoir : www.scopesante.fr

 

Procédure DE CERTIFICATION

L’ordonnance n°96-346 du 24 avril 1996 portant réforme hospitalière introduit la certification au sein du système de santé français.

La certification est une procédure d’évaluation externe d’un établissement de santé indépendante de l’établissement et de ses organismes de tutelle. Des professionnels de santé mandatés par la HAS réalisent les visites de certification sur la base d’un manuel. Ce référentiel permet d’évaluer le fonctionnement global de l’établissement de santé.

Mise en œuvre par la HAS, la procédure de certification s’effectue tous les 4 ans.  Son objectif est de porter une appréciation indépendante sur la qualité des prestations d’un établissement de santé.

1998-2000 : Entrée dans la procédure d’accréditation
  • Création du Comité de Pilotage
  • Mise en place des Plans qualité
  • Participation aux audits/enquêtes
  • Mise en place de formations ciblées
  • Création des fiches de poste et référentiels
  • Création de comités (comité de pilotage, cellule qualité, etc.)
2000 : Première procédure de certification

L’ANAES délivrera la certification sans réserves ni recommandations et en mettant en avant les actions remarquables conduites par la Clinique.

2000-2005 : Poursuite de la démarche d’amélioration de la qualité
  • Intégration de la gestion des risques
  • Intégration des usagers et implication de ceux-ci dans la démarche
  • Évaluation de la satisfaction des patients
  • Formalisation d’évaluations des pratiques professionnelles selon les guides ANAES/HAS.
2005 : Deuxième procédure de certification

La HAS prononce en 2007 la certification de l’établissement avec cinq invitations.

2010 : Troisième procédure de certification

En janvier 2010, la Clinique est parmi les premiers établissements à passer la certification.

Une visite de suivi a eu lieu le 19 octobre 2011.

Les experts-visiteurs ont constaté l’engagement des équipes soignantes et des praticiens et félicité l’établissement pour l’ensemble des actions engagées.

Note A sur le critère 8.h. Bon usage des antibiotiques

Note A sur le critère 20.a Démarche qualité de la prise en charge médicamenteuse du patient

Note B sur le critère 11.c Information du patient en cas de dommage lié aux soins

La Clinique a reçu une recommandation portant sur le critère 20.b Prescription médicamenteuse du sujet âgé qui fait l’objet d’un plan d’action pour la prochaine procédure de certification.

Rapport de certification  

Additif suite à la visite de suivi

V2014  : 4ème procédure de certification

En route pour a V4. Visite des experts-visiteurs attendue pour janvier 2015....

Les résultats des différentes procédures d’évaluation de la qualité des soins (rapport de certification, indicateurs du tableau de bord des infections nosocomiales, indicateurs de qualité issus du dossier patient…), ainsi que les résultats des enquêtes sur la satisfaction des usagers sont affichés dans les dans les tableaux d’information de chaque service et disponibles sur simple demande. Les scores de la Clinique Saint Jean sont également disponibles dans le livret d’accueil distribué au patient et affichés dans tous les services.

Pour en savoir plus, les indicateurs de qualité sont consultables sur le site www.scopesante.fr

Procédure d’ACCREDITATION des praticiens

L'accréditation des médecins est un dispositif volontaire de gestion des risques médicaux en établissement de santé. L'accréditation des médecins fait partie d'un dispositif global de qualité et de sécurité des soins et d'amélioration des pratiques. 

La Haute Autorité de santé définit et organise la procédure d'accréditation des médecins ou des équipes médicales d'une même spécialité exerçant en établissements de santé, au regard des référentiels de qualité des soins et des pratiques professionnelles.

L’un des principaux enjeux de cette démarche réside dans les bénéfices individuels et collectifs attendus dans la prise en charge des patients.

Les conditions suivantes doivent être réunies pour s'inscrire dans cette démarche :

  • - Etre médecin ;
  • - Exercer au moins une des spécialités ou activités définies par le décret
    n°2006-909 du 21 juillet 2006 ;
  • - Exercer cette spécialité dans un établissement de santé. 

Les spécialités présentent à la Clinique Saint Jean et concernées par l'accréditation : 

Anesthésie-réanimation (Collège français des anesthésistes-réanimateurs ou CFAR) 
Chirurgie orthopédique et traumatologie (Orthorisq)  
Chirurgie maxillo-faciale et stomatologique (Fédération de stomatologie et chirurgie maxillo-faciale ou FSCMF)  
Chirurgie plastique et reconstructrice  
Chirurgie infantile (Conseil national de la chirurgie de l’enfant ou CNCE)  
Chirurgie urologique (Association française d’urologie ou AFU)  
Chirurgie vasculaire (Vascurisq)  
Chirurgie viscérale et digestive, chirurgie générale (Fédération de chirurgie viscérale et digestive ou FCVD)  
Gastro-entérologie interventionnelle (Association pour l’évaluation et l’accréditation en hépato-gastro-entérologie ou EA-HGE)  
Neurochirurgie (Collège de neurochirurgie)  
ORL, chirurgie de la face et du cou (Evaluation formation accréditation en ORL et chirurgie cervico-faciale ou EFAORL)  

Consultez la liste des médecins accrédités (cliquez sur le lien).

Pour en savoir plus sur l'accréditation des médecins, rendez-vous sur la page accréditation du site de la HAS.